« Retour à la page d'accueil

Les nouveaux alliés républicains des indignés

par Christine Fréchette     18 janvier 2012 11h48

Les adversaires de Mitt Romney dans la course à l’investiture républicaine sont devenus ni plus ni moins que les nouveaux alliés des indignés de Wall Street. Qui l’eut cru ?

C’est qu’à force de faire pression sur Romney pour qu’il rende des comptes sur ses déclarations d’impôt, les adversaires de Romney dans la course à l’investiture sont parvenus à le contraindre à divulguer des informations sur son niveau d’imposition. Le peu qu’a divulgué Romney a amplement suffit pour relancer tout le débat entourant le manque d’équité entre le richissime 1% et les autres.

Romney a effet révélé que son taux d’imposition sur le revenu devait probablement osciller ‘autour de 15%’, ce qui est bien en-deçà du taux d’imposition prévus pour les mieux nantis et même de celui des salariés de la classe moyenne. Il en va ainsi parce que les revenus de Romney sont surtout constitués de revenus d’investissement.

Romney a par la suite pris soin d’ajouter quelques mots sur la provenance de ses revenus, indiquant qu’une part de ceux-ci ‘mais, pas beaucoup’, provenaient d’honoraires de conférences qu’il a prononcées. Or, ce petit extra correspondrait dans les faits à plus de 374 000$, pour la période allant de février 2010 à février 2011. Comme quoi : ‘tout est relatif’…

Les ingrédients semblent donc réunis pour que les écarts de richesse soient au menu de la campagne présidentielle américaine. Les indignés de Wall Street avaient certes commencé à mettre la table en 2011 mais disons que Romney vient d’y déposer de beaux plats, que plusieurs verront à garder bien au chaud le plus longtemps possible.

Il faut dire que Romney n’a pas nécessairement besoin d’aide lorsqu’il s’agit de montrer que son rapport à l’argent est quelque peu déconnecté. En plein débat républicain il y a quelques semaines, on a vu Romney proposer à Rick Perry de gager ’10 000$’ sur la véracité ou non d’une citation que Perry lui attribuait, comme s’il s’agissait d’argent de poche.

Pendant ce temps, le camp démocrate, Obama en tête, s’affaire à démontrer combien ils sont conscients que pour l’Américain moyen, chaque dollar vaut son pesant d’or. Fin décembre, l’impasse dans laquelle étaient engagées les discussions au Congrès sur le prolongement d’un congé fiscal risquait d’entraîner une baisse de 40$ par paye pour un salarié de la classe moyenne. Obama en a profité pour lancer une campagne Internet invitant les Américains à décrire ce à quoi ils devraient renoncer s’ils perdaient ces 40$.

Obama souhaitera également au cours des prochains mois ramener le débat sur la nécessité de rehausser les impôts des plus riches, bien qu’il ait perdu une première bataille sur le sujet l’an dernier.

Bref, Mitt Romney, en dévoilant quelques informations de nature fiscale, a attisé un feu qu’il tentait pourtant d’apaiser. Et il semble que ses adversaires républicains en profiteront pour jeter un peu d’huile, au grand bonheur des camps des indignés et des démocrates.


Répondre à cet article

  • Qui sont ceux qui ont réélu Barack Obama ? par Pierre Martin   8 novembre 2012
    Une vieille anecdote qu’un collègue aime raconter est celle d’un chef du Parti socialiste français qui, après avoir perdu par une seule voie un vote crucial dans un congrès de son parti, s’était exclamé : Si je trouve (...)
  • Élection 2012 : quelques gagnants et perdants par Pierre Martin   7 novembre 2012
    C’est fait. Barack Obama a gagné. Après une campagne interminable dont on ne sait plus trop quand elle a commencé, après des dépenses colossales qui dépassent les six milliards de dollars, les électeurs américains ont (...)
  • Campagne 2012. Récapitulons par Pierre Martin   6 novembre 2012
    En ce jour d’élection, il n’y a plus grand-chose qui n’ait pas déjà été dit. Je profite donc de l’occasion pour attirer l’attention sur quelques billets antérieurs, en replaçant leur contenu dans le contexte du jour de (...)
  • Obama vs Romney : Le choix de Stephen Harper par Pierre Martin   3 novembre 2012
    L’élection présidentielle américaine nous tiendra éveillé longtemps mardi soir. Parmi ceux qui regarderont défiler les résultats avec grand intérêt, il y aura Stephen Harper. Évidemment, le Premier ministre ne peut pas (...)
  • Le débat sur la politique étrangère et l’impact global de l’élection par Pierre Martin   23 octobre 2012
    Barack Obama et Mitt Romney se sont rencontrés hier soir pour la troisième et dernière fois, pour débattre de politique étrangère. Le débat a été plus serré que le premier, mais la plupart des sondages et des observateurs (...)


« Retour à la page d'accueil
Avec le soutien de

Dans les médias


Vidéothèque


Publications