« Retour à la page d'accueil

Comment Obama peut gagner la guerre culturelle

par John Parisella     16 février 2012 10h15

La pression de Barack Obama pour obliger les institutions catholiques, comme les universités et les hôpitaux, à inclure la couverture des contraceptifs dans leurs plans de soins de santé a provoqué le genre de clivage qui n’est pas sans rappeler les guerres culturelles antérieures. Évêques catholiques, conservateurs sociaux et candidats présidentiels républicains se sont unis pour exprimer leur désaccord sur ce qu’ils considèrent être une question de liberté religieuse et de garanties constitutionnelles - piétinées par un gouvernement fédéral qui veut aller trop loin. Pour eux, ce fut un élément d’importance dans leur lutte contre Obama.

Alors que la droite devenait furieuse, les critiques de la gauche ont senti qu’Obama initiait là une bataille inutile sur une question qui, à la fois, divisait et polarisait l’opinion. Au terme de la semaine, Obama a offert un compromis visant à transférer la couverture contraceptive des institutions vers les compagnies d’assurance santé. Le compromis n’a pas fait l’unanimité, mais cela a fait baisser la tension.

Serait-ce qu’Obama ait utilisé les questions religieuses pour déclencher la colère de la droite ? Après tout, la controverse de la contraception a su détourner l’attention de la rhétorique républicaine de l’économie vers celle de la culture qui passe bien auprès de la base républicaine, mais moins bien auprès des électeurs indépendants. Avec l’amélioration des données économiques et des candidats républicains incapables de présenter un programme alternatif convainquant, Obama est en train de mettre de l’avant son propre ordre du jour, d’une manière qu’il n’était pas parvenu à réussir depuis les premiers mois de sa présidence.

Pendant ce temps, Mitt Romney a passé la plus grande partie de la semaine sous le choc de son triple revers contre le plus récent candidat ’anti-Mitt’, Rick Santorum. Il a participé au Comité conservateur d’action politique (CPAC), où il a prétendu être « sévèrement » conservateur et flattait encore davantage la droite militante. Romney s’est aussi trouvé sur la défensive relativement à une disposition sur la contraception incluse dans sa réforme de la santé alors qu’il était gouverneur du Massachusetts. Romney a peut-être gagné le sondage du CPAC et les caucus du Maine, mais la base conservatrice n’est toujours pas à l’aise avec lui.

Par ailleurs, à deux semaines de la Primaire cruciale du Michigan, la campagne de Rick Santorum sera aidée par le retour de la guerre culturelle. Santorum, à son crédit et, contrairement à Newt Gingrich – vous souvenez-vous de lui ? - se concentre sur les problèmes et les politiques plutôt que de faire campagne contre Romney personnellement. Et il marque des points dans le processus. Romney semble incertain dans ses réponses aux questions culturelles de Santorum et ce n’est pas son point fort. Est-ce que cette équation a fait partie du calcul d’Obama ?

Obama a probablement mal calculé et inquiété inutilement les quelques électeurs catholiques. L’ancien chef d’état-major Bill Daley et le secrétaire à la Défense, Leon Panetta, l’ont, dit-on, mis en garde contre la disposition. Mais, au final, la contraception n’est pas aussi controversée que l’avortement, même si les conservateurs ont tendance à regrouper les deux concepts ; et les catholiques ne suivent généralement pas l’Église sur ce point. Obama le sait. En somme, le compromis sur la contraception passera fort probablement le test, tandis que les républicains se seront, une fois de plus, laissés distraire à un moment où l’économie devrait supplanter tous les autres enjeux.

(Texte traduit de l’anglais)


Répondre à cet article

  • Qui sont ceux qui ont réélu Barack Obama ? par Pierre Martin   8 novembre 2012
    Une vieille anecdote qu’un collègue aime raconter est celle d’un chef du Parti socialiste français qui, après avoir perdu par une seule voie un vote crucial dans un congrès de son parti, s’était exclamé : Si je trouve (...)
  • Élection 2012 : quelques gagnants et perdants par Pierre Martin   7 novembre 2012
    C’est fait. Barack Obama a gagné. Après une campagne interminable dont on ne sait plus trop quand elle a commencé, après des dépenses colossales qui dépassent les six milliards de dollars, les électeurs américains ont (...)
  • Campagne 2012. Récapitulons par Pierre Martin   6 novembre 2012
    En ce jour d’élection, il n’y a plus grand-chose qui n’ait pas déjà été dit. Je profite donc de l’occasion pour attirer l’attention sur quelques billets antérieurs, en replaçant leur contenu dans le contexte du jour de (...)
  • Obama vs Romney : Le choix de Stephen Harper par Pierre Martin   3 novembre 2012
    L’élection présidentielle américaine nous tiendra éveillé longtemps mardi soir. Parmi ceux qui regarderont défiler les résultats avec grand intérêt, il y aura Stephen Harper. Évidemment, le Premier ministre ne peut pas (...)
  • Le débat sur la politique étrangère et l’impact global de l’élection par Pierre Martin   23 octobre 2012
    Barack Obama et Mitt Romney se sont rencontrés hier soir pour la troisième et dernière fois, pour débattre de politique étrangère. Le débat a été plus serré que le premier, mais la plupart des sondages et des observateurs (...)


« Retour à la page d'accueil
Avec le soutien de

Dans les médias


Activités à venir


Vidéothèque


Publications